Bazungu

Cécile DESMOULINS



Novembre 1996, ex-Zaïre : au Kivu une guerre éclate, provoquant la fuite de milliers de réfugiés. Parmi eux, un petit garçon tente de rejoindre sa mère au Rwanda. Non loin de là, une jeune humanitaire, Claudine, est chargée de retrouver les enfants perdus pour les ramener à leur famille. Aux yeux des Tutsis comme des Hutus, Claudine est une Bazungu ? c'est ainsi qu'on désigne les Blancs mais aussi, plus généralement, " ceux qui errent ". Deux êtres emportés par les événements, confrontés aux drames du passé, dépouillés de leur innocence. Avant tout, deux êtres courageux. Fort et juste, ce roman inspiré de faits réels raconte la fragile humanité qui persiste au coeur du chaos et qui redonne espoir en l’humanité.



« Tu sais ce qui arrive aux femmes dans cette forêt, avec cette guerre. Même aux toutes jeunes filles, les rwandaises comme les zaïroises. Tout le monde se sert ! Comme si le corps des femmes n’existait que pour soulager la folie des combattants »
« Et c’est tout nous ça : se croire nécessaires, se croire indispensables, se croire autorisés à prendre des décisions dont dépendent des vies humaines dans un pays dont on ne sait strictement, absolument rien. Pas même le nom des arbres. »

L'avis de Christiane, bibliothécaire bénévole

C’est l'histoire croisée d'une humanitaire française et d'un petit garçon rwandais, au Kivu (région orientale du Congo- Kinshasa), 2 ans après la fin de l’épouvantable génocide du Rwanda qui a fait presque 1 million de morts … et nombre de réfugiés – on parle de 2 millions - partis au Congo voisin.


Mais ce récit remet aussi en cause nombre d’illusions portées par «  l’action humanitaire » : que faisons-nous ici dans ce pays dont on ne sait rien, « pas même le nom des arbres », sommes-nous vraiment nécessaires ? Indispensables ? Avons-nous le droit de prendre toutes ces décisions dont dépendent des vies humaines ? Qui est victime ? Qui est bourreau ? Qu’en savons-nous, nous les Occidentaux à l’abri du chaos ? Et si nous étions manipulés par le – les jeux de pouvoir et de vengeance en place …

Véritable coup de poing, ce roman basé sur des faits réels – et récents - , vous prend à la gorge dès la première page et vous arrache des larmes devant tant d’inhumanité, d’horreurs, d’injustice, de cynisme politique…les quelques 400 pages passent toutes seules, et une fois la dernière page tournée, vous regrettez d’avoir déjà terminé votre lecture ; on aurait envie d’une suite, retourner dans cette région des Grands Lacs, aux paysages splendides et à l’histoire si mouvementée…

J’ai adoré ce livre, même si le style est par moment un peu trop « journalistique », je l’ai dévoré, il m’a tenue en haleine jusqu’au bout, et j’ai eu du mal à le quitter. N’est-ce pas là l’essence même d’un très bon roman ?


Roman

Parution le 7 mars 2019

432 pages

Edition : Robert Laffont

Abonnez-vous à notre blog

Pour être informés des nouveaux posts

et avoir la possibilité de laisser vos commentaires.

  • Facebook
  • YouTube