Ici n'est plus ici

Mis à jour : mai 27

Tommy Orange


Débordant de rage et de poésie, ce premier roman, impose une nouvelle voix saisissante, véritable révélation littéraire aux États-Unis. "Ici n'est plus ici" a été consacré « Meilleur roman de l’année » par l’ensemble de la presse américaine.



À Oakland, dans la baie de San Francisco, les Indiens ne vivent pas sur une réserve mais dans un univers façonné par la rue et par la pauvreté, où chacun porte les traces d’une histoire douloureuse. Pourtant, tous les membres de cette communauté disparate tiennent à célébrer la beauté d’une culture que l’Amérique a bien failli engloutir. À l’occasion d’un grand pow-wow, douze personnages, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, vont voir leurs destins se lier. Ensemble, ils vont faire l’expérience de la violence et de la destruction, comme leurs ancêtres tant de fois avant eux.




C’est ce qu’ils ont fait de nous, les ours et les Indiens, des étrangers sur notre propre terre. Et, avec leurs gros bâtons, ils nous ont fait marcher si loin en direction de l’ouest qu’on a failli disparaître.

L'avis de Christiane, bibliothécaire bénévole

Mon chouchou sans hésitation !

Ce 1er roman d’un jeune écrivain américain d’origine indienne est un véritable coup de poing et décrit avec brio le mal être des Amérindiens des villes, ces « indiens urbains » si loin des clichés véhiculés par le récit national américain et largement alimenté par l’imagerie du cinéma…

Ce roman choral met en scène 12 personnages, hommes et femmes, tous indiens urbains, tous mal dans leur vie, confrontés à la misère, à l’alcoolisme, à la drogue, à la violence, tous en quête d’identité, de leur  « indienneté », et qui vont tous converger vers le grand « Pow wow » d’Oakland sans savoir qu’une terrible tragédie va les submerger.

Roman puissant, plein de rage et de poésie, à la construction brillante quoique complexe - demandant parfois la relecture des chapitres précédents – servi par une écriture lumineuse et vive, « Ici n’est plus ici » emporte le lecteur dans un véritable océan d’émotions. Et ce récit embrasse aussi du même coup toute l’histoire de ce peuple dévoré par la colonisation et qui, génération après génération, continue à saigner.

Saisissant ; à lire absolument !



Roman Littérature américaine

Traducteur : Stéphane Roques

352 pages

Editions Albin Michel

Parution : 21 août 2019


Prix

Finaliste du prix Pulitzer et du National Book Award, il a reçu plusieurs récompenses prestigieuses dont le PEN/Hemingway Award.

2020 - Prix Libr’à Nous - Catégorie Littérature étrangère


Abonnez-vous à notre blog

Pour être informés des nouveaux posts

et avoir la possibilité de laisser vos commentaires.

  • Facebook
  • YouTube