Jour 11 - Et toujours les forêts

Sandrine COLLETTE


Calendrier de l'avant littéraire

Coups de coeur des lecteurs #11


Corentin, personne n’en voulait. Ni son père envolé, ni les commères dont les rumeurs abreuvent le village, ni surtout sa mère, qui rêve de s’en débarrasser. Traîné de foyer en foyer, son enfance est une errance. Jusqu’au jour où sa mère l’abandonne à Augustine, l’une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des Forêts, ce territoire hostile où habite l’aïeule, une vie recommence.


À la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n’en finit pas d’assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps ; les arbres perdent leurs feuilles au mois de juin. Quelque chose se prépare. La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Humains ou bêtes : il ne reste rien. Guidé par l’espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts.


Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d’un monde désert, et la certitude que rien ne s’arrête jamais complètement.


« C’était de la colère, c’était du chagrin. Lui non plus, il ne les aimait pas. Mais ça faisait mal quand même. Ça faisait seul. »

L'avis d'Aurélia, 48 ans, lectrice

Je m’appelle Aurélia, j’ai 48 ans et vis dans l’Avant-Pays Savoyard.

Faire un choix sur LE livre le plus marquant lu cette année est compliqué parce que j’ai eu le bonheur de lire beaucoup et de découvrir nombreux auteurs talentueux.

Je reste toutefois attachée à quelques critères et celle qui remporte ma préférence est Sandrine Collette avec son roman « Et toujours les forêts ».

Ce récit est noir, l’ambiance est aussi angoissante qu’un thriller, le style ne ressemble à aucun autre.

Là, l’atmosphère est pesante, la catastrophe est arrivée on ne sait comment, on ne sait pourquoi... on peut imaginer, supputer. On peut sentir, ressentir.

Corentin arrive dans la vie sans amour. Sa quête n’aura de cesse, malgré l’anéantissement. (« C’était de la colère, c’était du chagrin. Lui non plus, il ne les aimait pas. Mais ça faisait mal quand même. Ça faisait seul. »). La désolation pourtant ne l’arrêtera pas.

Je conseille cette auteur, quelque soit le titre, elle sort des sentiers battus et c’est très bon.


Roman Anticipation

334 pages

Parution le 3 janvier 2020

Edition JC Lattès


Vous pouvez aussi retrouver un autre avis sur ce roman ici : Et Toujours les forêts.


Lauréate du Grand Prix RTL-Lire 2020

Lauréate du Prix de la Closerie des Lilas 2020

Lauréate du Prix du livre France Bleu Page des Libraires 2020






20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout