Jour 16 - Les heures souterraines

Delphine de VIGAN


Calendrier de l'avent littéraire

Coups de coeur des lecteurs #16


Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu’au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l’attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n’ait été dit, sans raison objective, Mathilde n’a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu’elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.


Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l’attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l’immense solitude qu’elle abrite.


Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d’eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s’arrête. Autour d’eux s’agite un monde privé de douceur.


Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au cœur d’une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l’on risque de se perdre sans aucun bruit.


Mais les gens désespérés ne se rencontrent pas. Ou peut-être au cinéma. Dans la vraie vie, ils se croisent, s’effleurent, se percutent. Et souvent se repoussent, comme les pôles identiques de deux aimants.

L'avis de Myriam, lectrice de Challes les eaux

J'ai beaucoup aimé " Les heures souterraines" de Delphine De Vigan.

A travers deux histoires qui se superposent, elle aborde le thème du harcèlement et de l'épuisement professionnel.

J'aime beaucoup son écriture épurée et juste.

Comme tous ces romans, ce livre qui traite d'un sujet d'actualité, se dévore

C'était le coup de cœur de Myriam qui habite Challes-les-Eaux maintenant, mais qui est restée fidèle à la bibliothèque de St Baldoph.

Roman

Parution le 26 aout 2009

299 pages

Editions JC Lattès

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout