Juste après la vague

Sandrine COLLETTE

Quelque part sur la terre dans un lieu inconnu et un temps indéterminé, un volcan s’effondre provoquant un tsunami gigantesque qui va submerger toutes les terres alentour. Pas de survivants, sauf une famille, Pata, Madie et leurs neuf enfants âgés de 1 à 15 ans, accrochée sur une colline encore – mais pas pour longtemps – épargnée par les flots enragés.

Mais la situation est préoccupante : l’océan cerne complètement l’ilot, ne cesse de monter, la nourriture vient à manquer ; il faut se décider : partir, tout laisser derrière soi, essayer d’atteindre les hautes terres épargnées par la catastrophe ; seulement voilà : ils sont 11, et il n’y a pas assez de place dans la seule barque qui leur reste…




La nudité de l’océan l’affole. L’eau à perte de vue, sans une racine où s’agripper, sans une herbe pour accrocher le regard, un désert sans fond, un abîme liquide. Curieusement, cette immensité l’oppresse. Seule leur barque minuscule, entre ciel et terre, est un refuge acceptable. Si frêle cependant.

L'avis de Christiane, bibliothécaire bénévole

Commence alors l’hallucinante histoire d’un choix monstrueux, cruel : qui va rester, qui va partir ?

Laisser 3 enfants sur place, essayer de mettre les autres à l’abri et tenter de revenir chercher les 3 qui restent …horrible pour les parents, terrible pour les 3 petits abandonnés sur leur ilot alors que la mer ne cesse de monter menaçant de tout engloutir et qui vont devoir trouver comment survivre à cet enfer.

Quelle odyssée éprouvante et tragique que celle de cette famille, confrontée à un monde implacable où tous les sentiments se bousculent : effroi, cruauté, lâcheté, détresse, douleur, (la douleur insoutenable de la mère déchirée), culpabilité, mais aussi courage, (le petit Louie qui du haut de ses 11 ans va prendre en main la survie des 3 abandonnés), entre aide, amour…

Dans ce thriller psychologique implacable et angoissant au possible, jamais l’auteure ne dénonce l’impact délétère de l’humain sur les dérèglements de la nature ; ce qui fait la force de ce roman c’est le thème délibérément choisi : juste l’histoire d’une famille qui essaie de survivre dans un chaos inimaginable.

Servi par une écriture efficace et bien maitrisée, sans fioritures, mais avec une puissance d’évocation incroyable (les terrifiantes tempêtes) ce roman ne nous lâche pas jusqu’à la fin.

Je l’ai lu d’une traite, en apnée, en ne cessant de me poser la question : que ferais-je dans la même situation ?


L'avis de Sophie, bibliothécaire

J'ai lu ce roman, juste après sa sortie en janvier 2018, et voici mon impression d'alors :

Que vous dire ? Je suis en immersion depuis 2 jours, je ne respire plus, je retiens mon souffle, je suis sur la vague avec eux...

Que dire d'autres ? C'est moche, c'est beau, c'est DUR (maman sensible s'abstenir !), c'est puissant...

Pour moi, un très très bon Sandrine Collette, un truc de fous. j'ai fini, mais je suis encore dedans, et je me retiens encore de respirer, aller savoir pourquoi ! Bbbrrrrr...

Mon souvenir est toujours aussi vivace, et Juste après la vague reste l'un des romans de Sandrine Collette que je préfère et recommande vivement.


Roman : Thriller psychologique

304 pages

Edition Denoël

Parution le 18 janvier 2018


Ce qu'ils en pensent :

Actualitte15 février 2018

Plus que le suspense ou les rebondissements, c’est avant tout une ambiance pesante, un cadre resserré, une situation tragique inéluctable d’emblée exposée, qui ancrent le lecteur dans un état de stress et d’angoisse et lui laissent peu d’échappatoire.



Abonnez-vous à notre blog

Pour être informés des nouveaux posts

et avoir la possibilité de laisser vos commentaires.

  • Facebook
  • YouTube