Mémoire de soie

Adrien BORNE


9 juin 1936 ; village de La Cordot, Drôme.

Emile, 20 ans, doit quitter ses parents, son père Auguste, qui tient un commerce à Montélimar et sa mère Suzanne, mystérieuse et silencieuse ; le jeune homme doit « partir sous les drapeaux. » C’est la première fois qu’il quitte la maison familiale, une ancienne magnanerie où étaient élevés des vers à soie jusqu’à la fin de la 1ère guerre mondiale.

Partagé entre l’excitation de la découverte d’un autre monde et l’appréhension, Emile attend son car sur la place du village, mais surtout il attend que sa mère, en train de battre du linge au lavoir, lui dise un affectueux au revoir.

Mais Suzanne ne dit rien, ne montre rien. Juste un petit, un léger sourire.

Et un petit baiser sur la joue.

Pourtant, avant le départ du car qui va emmener son fils à la caserne de Montélimar, Suzanne lui glisse son livret de famille dans son sac ; « c’est pour l’armée, il n’aura qu’à le donner le moment venu, ils comprendront. Voilà »…

A l’intérieur de ce livret, Emile va découvrir deux prénoms : celui de sa mère Suzanne et à la place du père, un autre, Baptistin. Emile n’en a jamais entendu parler ; qui est ce Baptistin ?

Commence pour le jeune homme une lente et bouleversante découverte du secret qui lie ses parents.


"Elle n'en voulait à personne, elle n'avait de compte à rendre à personne, elle n'était qu'une femme dont le sort était scellé, avec acharnement, elle était celle-là. Perdue et de seulement vingt-trois ans. Elle avait tout connu sans rien connaître, elle avait aimé sans même en avoir le temps, elle avait été mère avec à peine le desir d'enfanter, elle avait été malheureuse en ayant tout juste salive du bonheur."

L'avis de Christiane, bibliothécaire bénévole

Ce magnifique et poignant 1er roman parle avec une remarquable maîtrise de la langue française d’un monde – pas si éloigné que ça !!- rongé par le silence, les non-dits, l’âpreté du quotidien mais aussi la lâcheté qui recouvre beaucoup de secrets de famille.

C’est aussi un bel hommage à une femme, Suzanne, que le malheur accable et qui se relève toujours.

1er roman virtuose, subtil, bourré d’humanité, de toute beauté !



Roman

250 pages

Parution le 19 août 2020

Edition JC Lattès


Sélectionné pour le Festival du premier roman de Chambéry, 2020/2021

41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout