Patients

GRAND CORPS MALADE


"Parfois la vie nous teste et met à l'épreuve notre capacité d'adaptation,

Les cinq sens des handicapés sont touchés mais c'est un sixième qui les délivre,

Bien au-delà de la volonté, plus fort que tout, sans restriction,

Ce sixième sens qui apparaît, c'est simplement l'envie de vivre."




À tout juste 20 ans, alors qu'il chahute avec des amis, Fabien heurte le fond d'une piscine. Les médecins diagnostiquent une probable paralysie à vie. Dans le style poétique drôle et incisif qu'on lui connaît, Grand Corps malade relate les péripéties vécues avec ses colocataires d'infortune dans un centre de rééducation. Jonglant avec émotion et dérision, ce récit est aussi celui d'une renaissance.








Grand Corps Malade, de son vrai nom Fabien Marsaud, est né en 1977, sous le soleil de la Seine-Saint-Denis. Enfant, il veut devenir prof de sport. Mais la vie lui réserve un autre destin. Armé d'une béquille et d'un stylo, il se lance dans la musique : en 2006, son premier album, Midi 20, se vend à plus de 600 000 exemplaires et l'artiste est primé deux fois aux Victoires de la musique.


« Votre fils ne marchera plus », voilà ce qu’ils ont dit à mes parents. Alors j’ai découvert de l’intérieur un monde parallèle, un monde où les gens te regardent avec gêne ou avec compassion, un monde où être autonome devient un objectif irréel, un monde qui existait sans que j’y fasse vraiment attention. Ce monde-là vit à son propre rythme et n’a pas les mêmes préoccupations. Les soucis ont une autre échelle et un moment banal peut être une très bonne occupation, ce monde-là respire le même air mais pas tout le temps avec la même facilité, il porte un nom qui fait peur ou qui dérange : les handicapés. On met du temps à accepter ce mot, c’est lui qui finit par s’imposer. La langue française a choisi ce terme, moi j’ai rien d’autre à proposer, Rappelle-toi juste que c’est pas une insulte, on avance tous sur le même chemin, Et tout le monde crie bien fort qu’un handicapé est d’abord un être humain.


L'avis de Sophie, bibliothécaire

Cette autobiographie, ce témoignage est un plongeon dans les pensées, et l'intimité des malades. La vie des tétra ou paraplégiques, leur souffrance, leur désarroi, leur humiliation quotidienne.

Lorsque le corps ne répond plus, mais que le cerveau fonctionne, c'est une lente descente vers l'indicible, c'est faire confiance aux autres, être à la merci des autres, c'est leur confier ton corps, c'est le laisser et le confier à d'autres mains....

Ce roman est aussi un hommage au corps médical, à tous les handicapés et leur force, à ce monde caché que l'on méconnait.

C'est un ode à l'humour, écrit poétiquement, et avec simplicité. Fabien et ses collègues de chambre, de couloir et d'étage puisent dans l'humour leur volonté d'être, de survivre, de parler de leur après...

Une belle leçon de vie qui fera relativiser chaque lecteur sur sa situation personnelle.

CARPE DIEM, car tout peut basculer en un instant.



Roman Autobiographique

168 pages

Edition Don Quichotte

Parution Octobre 2012


Ce qu'ils en pensent :

" Grand Corps Malade réussit la prouesse de décrire l'horreur absolue en y ajoutant des touches d'humour et de jubilatoires formules poétiques. " Le Nouvel Observateur



Un film a été adapté du livre de Grand Corps Malade "Patients":


18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Abonnez-vous à notre blog

Pour être informés des nouveaux posts

et avoir la possibilité de laisser vos commentaires.

  • Facebook
  • YouTube